Les Chemtrails les dommages qu’ils causent volontairement !!! Remasterisé en nov 2020 partie 1/3

Publié le par Gil Borie

...Dix ans plus tard?

 "Je reprends cet article publié en 2011 qui n'a pas pris de rides ! Mais les événements liés à une contamination virales volontaire et ce avec des germes génétiquement modifiés qui sévit depuis 1 an. montre bien que ces chemtrails d'entre autre, sont bel et bien utilisés à des fins d’eugénisme...
Une deuxième vague !!! Selon des gouverne-ments, rien du tout une ou plusieurs contaminations consécutives tout simplement. Pour justifier l’inacceptable, vis à vis des populations, prises en otage, par toutes ces mesures liberticides. et qui vont à contrario de toute décision pour le bien être, juste pour nuire encore plus, aux humains lambda!"
Gil Borie 08 novembre 2020

Les Chemtrails les dommages qu’ils causent volontairement.

I. Historique de l’apparition des chemtrails ou forme de guerre bactériologique.

II. Les moyens de développement de la Géo-ingénierie .

III. Que cache cette épandage volontaire généralisé, ou presque généralisé…

IV. Les dommages collatéraux de ces méthodes peu catholiques .

V. Observation des effets des épandages et vu du sol ou sur le sol.

VI. Conclusion.

I. Les chemtrails sont des techniques assez anciennes, car juste après la 2 éme guerre mondiale des essais réels ont été effectués. Le but caché étant plus une possibilité militaire de frapper un ennemi par l’intoxication des populations, et ainsi toucher toute personne sur une zone déterminée. Femmes, enfants, sont donc en première ligne par le fait. Cette nouvelle arme est développée par les départements biologiques de nombreux grands pays avec des budgets militaires importants.

Les USA ont procédé en 1950 à une tentative grandeur nature de diffusion d’un germe pathogène sur

l’agglomération de San Francisco : le bilan fut dramatique. En quelques jours 800.000 personnes manifestèrent des signes cliniques d’impactages de cette bactérie et de répercutions ORL. Un civil mourut des suites de cette opération secrète.

Voici les faits relatés ci-dessous :
Chacun de nous a plus ou moins entendu parler de la guerre biologique. On empoisonne, par exemple, en temps de guerre, l'eau de l'ennemi de virus et de bactéries. Il n'y a là rien de nouveau mais ne vous êtes-vous jamais demandé où ces agents toxiques sont testés ?

Voici un exemple sur le territoire des USA :
En 1950, un bateau de la US Navy pulvérisa six jours d'affilée des nuages de bactéries, connues sous le nom de bactéries Serratia, au-dessus de la ville de San Francisco, en vue de tester la capacité d'attaque et de défense des États-Unis au moyen de leurs armes biologiques.

Les 800.000 habitants en ressentirent presque tous les effets. Il est, aujourd'hui, connu que les bactéries Serratia provoquent une sorte de pneumonie qui peut s'avérer mortelle. L'armée dévoila aussi qu'elle avait fait 239 expériences à l'air libre, dont 80 incluaient des germes, entre 1949 et 1969.

Cela signifie qu'il y aurait eu quatre interventions annuelles sur des villes américaines pendant vingt ans ! D'après les rapports de la CIA, celle-ci aussi, pendant la même période, avait bombardé des villes entières de germes et de bactéries. Ces expériences auraient été arrêtées après 1969.

Ce que j'en pense :
« J’aime bien quand on parle au conditionnel passé. C’est juste pour que nous puissions avoir la conviction que rien n’est arrêté en réalité, mais que les expériences continueraient secrètement ?. »

Vous vous souvenez certainement de la guerre du Vietnam, les américains firent usage de multiples produits chimiques, des désherbants, agents orange, et combien d’autres matières toxiques que je ne connais pas !

Le Département de la Défense américaine investit dans ce domaine dans le cadre d’une « guerre de l’ombre » contre l’Empire soviétique, pour provoquer notamment des sécheresses susceptibles d’anéantir ses récoltes.

En 1967, le projet « Popeye » appliqué au Vietnam réussit à prolonger la saison des moussons en

ensemençant les nuages avec de l’iodure d’argent pour détruire les cultures de l’ennemi, empêcher le mouvement de ses troupes et leur ravitaillement le long de la piste Ho Chi Min.

Ce premier usage guerrier de la Géo-ingénierie sera dévoilé le 3 juillet 1972 par le New York Times. Il faudra quatre ans de négociations pour que les Nations Unies adoptent une Convention interdisant la modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles. Toutes ces techniques furent les prémices de ce que maintenant nous avons nommé Géo-ingénierie.

« Ndlr : soit, un contournement politiquement correct d’un usage militaire pour un usage civil officiel ou du moins essayant de l’être !!

Ce terme est politiquement correct aux yeux de la masse populaire endormie.

II Chemtrails : d’un bruit qui court... A la réalité scientifique.

Le projet « Chemtrail » existe pourtant bel et bien et reste la plus probable solution actuelle, selon certains scientifiques. Épandre le plus possible de particules chimiques en altitude permet théoriquement... De lutter contre le réchauffement climatique, ce qui n'est pas prouvé ! L'aluminium ainsi dispersé dans l'atmosphère va réfléchir les rayons du soleil et donc refroidir la planète ( serait sensé la refroidir) .

En février 1998, le Parlement européen a tenu une série d'auditions sur les effets néfastes de cette géo-ingénierie. Les plaintes et les interrogations de centaines d'associations dans le monde s'érigeant contre des épandages chimiques prenant parfois la forme de filaments blanchâtres retombant sur les habitants furent donc prises en considération.

Il est également remarquable que pour une soi-disant théorie issue de cerveaux farfelus, la question des chemtrails se retrouve tant au Parlement Européen que dans un rapport du GIEC !

Le Parlement interrogea le gouvernement américain sur l'utilisation d'épandages sur le territoire européen mais Washington n'apporta aucune réponse. No comment. Ensuite, on parla d'expériences limitées, de projets militaires d'expérimentations scientifiques. Bref, pas de quoi en informer le vulgus populus, qui de toute façon ne comprend jamais rien, selon nos élites.

Le billard américain à trois bandes.
Les chemtrails sont issus d'expériences militaires américaines consistant à poursuivre des recherches de contrôle du climat à des fins militaires. Les chemtrails sont souvent associés d'ailleurs à l'utilisation de HAARP, du nom de cette curieuse installation jouant sur l'ionosphère qui fait l'objet de très nombreuses interrogations. Un rapport très détaillé de l'US Air Force datant de 1996 (Weather as a Force Multiplier: Owning the Weather in 2025) démontre que les Etats-Unis travaillent depuis des décennies en vue de manipuler et maîtriser le climat, y compris pour des « opérations internationales» (sic).

En 1997, Edward Teller préconise : « la mise en place d'un bouclier pour renvoyer les rayons solaires» . Or, M. Teller n'est pas un climatologue mais un des « pères » de la bombe H et un défenseur du projet de « guerre des étoiles » commandité par le Président Reagan, et encore plus d'actualité sous la législature Obama.

Enfin en septembre 2002, c'est Colin Powell qui admet lors d'un sommet des Nations Unies sur le développement durable que : « nous (les USA) sommes engagés dans un programme de plusieurs milliards de dollars pour développer et déployer des technologies de pointe pour atténuer l'effet des gaz à effet de serre».

Des technologies de pointe, des milliards de dollars ?

Alors, partant du principe qu'un réchauffement climatique serait apocalyptique à terme, des scientifiques se mettent naturellement à chercher des solutions, des plans « B ». Jusque-là, rien d'étonnant. Dans un second temps, la solution technique préconisée et déjà expérimentée coïncide exactement avec des projets militaires de domination climatique menés par les américains depuis au moins 20 ans. Sans s'avancer trop dans les spéculations, nous nous contenterons d'admirer le triptyque :

Réchauffement climatiqueSolution scientifiqueUsage militaire.
Coïncidence?

Hasard ?

Récupération par les militaires d'une réalité climatique ?

Gigantesque manipulation de l'opinion publique ?

Chacun aura sa vérité.

Par contre, la géo-ingénierie en tant que solution à un changement climatique est sur la table. Des arbres Monsanto à l'épandage chimique en passant par le déversement de sulfate de fer dans les océans, rien ne nous sera épargné si la météo venait à perdre le Nord.

Comment pourriez-vous imaginer que ceux qui sont les garants de notre sécurité, civile et sanitaire

feraient cela pour nous nuire ?

*****

Chemtrail : de la légende urbaine...à...un fantôme !
Les chemtrails (traînées chimiques) sont issues d'une théorie et d'observations de citoyens à travers le monde qui remarquèrent l'étrange comportement des traînées de condensation (contrails) laissées par les avions. Les chemtrails restent très longtemps (des heures) après le passage des avions et les traînées forment lentement de véritables lignes nuageuses couvrant le ciel. Contrairement aux vapeurs classiques, les chemtrails seraient composées de particules d'aluminium, de baryum et de polymères microscopiques, voire d'autres éléments encore plus néfastes. Ils peuvent être largués par des avions militaires comme les épandages par l'US Army de défoliants (dits « agent orange ») sur le

Vietnam. Mais certains n'hésitent pas à affirmer que ces particules chimiques sont pulvérisées à partir d'avions de lignes simplement par l'adjonction de produits dans le kérosène.

Dès lors, vu le nombre d'avions de ligne, l'épandage chimique par chemtrails peut recouvrir des zones géographiques très larges et passer inaperçu aux yeux du citoyen ''lambda''.

La Désinformation à grande échelle…
Les médias qui sont la voix et l’organe de diffusion du conditionnement des masses, arrivent à valoriser quelque chose qui est d’une grande inutilité, et même d’une grande toxicité. Parfois nous avons des interventions de météorologie qui n’ont absolument rien de scientifique mais qui relèvent plus du vaudeville. Bon, maintenant que les désinformations sont présentées, passons aux réelles informations sur cette Géo-ingénierie. Ce sujet est tabou pour la plupart de nos médias ou de nos dirigeants politiques. Il est interdit de faire des allusions à ce sujet très délicat. Du reste, officiellement aucune définition n’est réellement donnée à cette procédure. Je m’interroge sur le côté scientifique qui nous est servi à toutes les sauces pour clore clairement toute polémique qui commence à déraper. Ce qui est sûr, c’est que dans une multitude de pays, ces avions qui passent et repassent du matin très tôt au soir très tard laissent ces traînées persistantes si visibles et pour lesquelles j’ai effectué des recherches sur différents continents. Or, nous constatons qu’il y a une émergence implacable du caractère régulier de ces lignes, comme une toile d’araignée en quelque endroit où ces avions passent. Je note aussi que certains pays visiblement «libres»…- Oui, Oui.. Il en existe encore quelques-uns sur cette planète !! n’ont pas autorisé le survol et l’épandage massif dans leur espace aérien national. Il sont très rares, le Costa Rica en fait partie. Les pressions que certaines officines de renseignement et d’action exercent sont parfois explosives. Le président polonais en aurait fait la mortelle expérience. Les différentes sources que j’ai consultées classent cet accident comme une sanction à l’opposition de son gouvernement aux obligations imposées par UEO sur certains sujets sensibles : le vaccin H1N1, le survol des avions OTAN, ou US Air Force qui sont susceptibles de maintenir le projet de couverture chimique aérienne en Pologne.

Dans ce cas, il sera peu aisé d’avoir des certitudes mais j'ai l'intime conviction que notre vie vaut peu de chose pour les ‘Puissances obscures’ qui manipulent notre monde.

Qu’est cette Géo-ingénierie ?
Voici les termes de détermination selon un groupe qui cherche à élucider cette forme de traitement atmosphérique. (lien de ce site en fin du chapitre).

La Géoingénierie (ou géo-ingénierie) est un mot tabou dont vous n'êtes pas autorisé à connaître la signification, on ne trouve en effet la définition de ce mot sur aucun dictionnaire ou encyclopédie en ligne, ni sur Dicorama, ni sur le Quid, ni sur le dictionnaire de l'Académie Française, ni sur Dictionnaire.com, ni sur l'encyclopédie Larousse, ni sur l'encyclopédie Encarta MSN, ni sur Webencyclo, ni sur l'encyclopédie Universalis, ni sur l'encyclopédie canadienne, ni sur Atilf, ni sur Mediadico, ni sur Antidico, le dictionnaire des mots absents ? des autres dictionnaires…

Une recherche en anglais avec geoengineering donne le même résultat, rien sur l'encyclopédie Encarta MSN, rien sur Infoplease, rien sur Onelook, rien sur l'encyclopédie Britannica, rien sur Encyclopedia.com, rien sur l'encyclopédie Columbia, rien sur Dictionary.com, rien sur Yourdictionary.com…

Pour tous ces sites ce mot n'existe pas…
Bien qu'il existe plusieurs diplômes ou formations portant ce nom comme : le DESS géo-ingénierie de l’environnement à Toulouse ou le Master géosciences et génie civil délivrés par le département géo-ingénierie de l'école des Mines à Nancy.

Ma question :
Pourquoi former des universitaires à un master d’une discipline inexistante officiellement ??...

On peut trouver sur le site de l'IPCC, (GIEC, Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) en français la définition de GÉO-INGÉNIERIE:

Ensemble des techniques visant à stabiliser le système climatique par une gestion directe de l’équilibre énergétique de la Terre, de façon à remédier à l’effet de serre renforcé.

Cette autre définition figurait sur un fichier qui a disparu (*ndlr pourquoi donc ?) du site du GIEC: La

géoingénierie désigne les efforts visant à stabiliser le système climatique en gérant directement le bilan énergétique de la Terre, permettant ainsi de surmonter l’effet de serre accru. Ceci inclut l'épandage de fer dans les océans pour stimuler la croissance de phytoplancton absorbeur de CO2, le stockage de millions de tonnes de CO2 liquéfié dans des puits de pétrole ou de gaz épuisés (ces opérations existent déjà officiellement) et l'épandage de matériaux dans l'atmosphère pour réfléchir la lumière solaire.

Sources site : http://www.chemtrails-france.com/geoingenierie/

Les moyens de développement de la géo-ingénierie.

Je pense que pour faire voler autant d’avions, militaires ou rendus à un aspect civil par discrétion, et les matières chimiques toxiques qu’ils balancent au-dessus de nos têtes, il est nécessaire d’avoir un budget financier colossal !
Ne pensez-vous pas …. ?

La fréquence de ces manèges est totalement aléatoire mais elle se produit simultanément au-dessus de tous les lieux de France, sinon d’un quart ou d’une moitié du territoire national, et très fréquemment (quasiment tous les jours), ce qui exclut l’hypothèse, parfois avancée comme justification, qu’il puisse s’agir de vidange des fonds de réservoirs, ce qui est un phénomène bien distinct.

Première constatation: l’apparence des traînées d’avions a beaucoup changé, et ceci subitement, à partir des années 2000-2002, selon les régions. Jusqu’en l’an 2000, nous voyions les traînées de condensation d'avions, courtes, fines, émises en haute altitude, s’évaporer rapidement et cela ne nous a jamais paru anormal, ni inquiétant. En revanche, ce que nous voyons depuis 2002 dépasse la logique.
Sources : http://chemtrail.jimdo.com/

Deuxième constatation:
Le trafic civil a certes augmenté, comme l’attestent les bilans des derniers Salons du Bourget, mais cette augmentation n'est pas en rapport avec l'intense circulation aérienne que l'on constate parfois en tous sens depuis dix ans, en-dessous des couloirs civils. Nous avons affaire, en grande partie, à des traînées émises aussi par des avions militaires et de l’OTAN. Leur taille apparente permet d’évaluer leur altitude : ils sont de toute évidence en-dessous de 8.000 mètres. Or, et ceci depuis l’an 2000, les avions civils sont tenus de voler au-dessus de cette altitude (auparavant 4.000 mètres). Dans les campagnes, on entend leur bourdonnement quasi incessant, que le ciel soit couvert ou dégagé, ce qui, outre leur nombre, trahit également leur faible altitude. Aux jumelles ou au télescope, leur couleur, le plus souvent noire ou kaki ne fait aucun doute quant à leur fonction et l’on peut même distinguer sur certains la marque de l’OTAN. Officiellement, cette circulation n’existe pas puisque, lorsque nous interpellons les pouvoirs publics, la Direction Générale de l’Aviation Civile et les services de météorologie, les réponses que nous obtenons ne concernent que la condensation des gaz issus des moteurs des avions de ligne ou les épandages agricoles préoccupants eux aussi. Ces phénomènes-là sont complètement étrangers aux faits que nous évoquons sur la base de nos observations quotidiennes. En réponse à nos questions, ces mêmes institutions prétendent que de la condensation à basse ou moyenne altitude est maintenant possible et émanerait des avions de ligne alors que les avions dont nous parlons ici (militaires) sont au-dessous de 8.000 mètres et qu’il n’y a aucune raison pour que cela soit apparu du jour au lendemain. S’il n’y avait que les résidus d’un kérosène sans additifs, ce n’est pas à cette altitude que devrait se produire le choc thermique justifiant la condensation. De plus, les avions qui émettent ces traînées le font par les ailes et non par les réacteurs ! Même si ces diffuseurs sont assez proches de ces derniers... Des témoignages de pilotes militaires recueillis parmi nos proches confirment cette réalité, ces manœuvres ont porté le nom de «guerre non-conventionnelle» au début des années 2000. Nous ne savons pas s’il en est toujours ainsi : selon d’autres témoignages plus récents, les pilotes qui effectuent ces épandages sont convaincus de mener une mission utile concernant le « réchauffement climatique », ce que nous discuterons ci-après. 

Sources : http://chemtrail.jimdo.com/

Cette vidéo ( en anglais ) est l’appel à l’arrêt immédiat des épandages chimiques par Ted L. Gunderson ancien Former FBI Chief :

 http://www.youtube.com/watch?v=gR6KVYJ73AU

De multiples vidéos sont présentes sur Internet. Il suffit de cliquer là où il faut et vous verrez que les infos existent.

III. Que cache cet épandage volontaire généralisé, ou presque généralisé… ?
Il apparaît que le système HAARP (High Frequency Active Auroral Research Program) situé en Alaska (USA) et en Australie, doit avoir recours à une excellente diffusion des ondes électromagnétiques générées par le champ d’antennes paraboliques qui composent ce système.

Et dites-moi donc quel est le composant métallique très léger qui peut convenir à cette bonne transmission de ces ondes  haute fréquences ? 
« L’aluminium ».

Notez que ce système HAARP, devenu trop embarrassant ou obsolète, a été remplacé par un autre système plus perfectionné depuis un an. C’est « IRI » maintenant, nom différent pour dommages similaires où même pire!
vous trouverez la suite de cet article dans l'article  n° 2
Gil 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article